blog et confession intime Déjà , 1110 blogs sur Blog et Confession Intime : Vos blogs et confessions intimes

Menu

Accueil
Histoire 1
Histoire 2
Histoire 3
Histoire 4
Histoire 5


Partager

Le confessionnal
Blog Sexe
Tchat Intime

Histoire érotique : A Nice

Un petit vent frais remonte la rue des Serruriers. Appuyée contre la balustrade, je surplombe le vieux Nice, quartier qui fourmille d'activités. Les gens s'y interpellent d'une rue à l'autre, les touristes déambulent au gré des magasins. Plus loin, on devine le brouhaha de la Promenade des Anglais. J'aime cette ville, ses couleurs chaudes, son atmosphère sucrée. L'air frais monte le long de mes jambes et me rafraîchit. Je frissonne quand un courant d'air coquin m'avertit que mon mec est entré.


*************************************************************

Je m'approche doucement. Elle est à la fenêtre et se penche pour regarder en bas. Dans le contre-jour, son corps se dessine magnifiquement : ses longues jambes sont nues et ses fesses se tendent vers moi. Je ne résiste pas à cet appel. Je m'approche doucement, m'agenouille derrière elle et pose mes mains sur ses jambes. Elle ne manifeste aucune surprise, comme si elle avait senti mon arrivée.



Doucement mes mains remontent, entraînant avec elles la jupe, découvrant au fur et à mesure la peau satinée de sa croupe mise en valeur par le string noir. Je ne peux m'empêcher d'apprécier l'élasticité et la rondeur des deux globes jumeaux que j'écarte doucement. Lorsque le bout de ma langue se promène dans le sillon soyeux qui les sépare, elle ne peut s'empêcher de gémir et de se cambrer pour faciliter cette caresse qu'elle apprécie tant... Soudain, une voisine l'interpelle. La conversation s'engage avec cette verve qui caractérise les gens du Midi. Invisible du dehors, je continue ma progression. Je sens le renflement humide de son sexe sous mes doigts, encore protégé par le fragile morceau de tissu de son slip. Je masse délicatement ce fruit gorgé de désir. Ma langue rejoint mes doigts et écarte le string : je peux maintenant goûter l'humidité de ses lèvres intimes, débusquer son clitoris et le torturer délicatement. Sa respiration s'accélère, et lorsque deux de mes doigts s'enfoncent profondément en elle, ils ne rencontrent aucun obstacle, glissant facilement dans son vagin lubrifié ...

************************************************************

J'ai de plus en plus de mal à suivre ce que me raconte Madame Sliman. Ce qui se passe sous la balustrade me met dans tous mes états. Je mouille de plus en plus et j'ai du mal à résister à l'orgasme, surtout quand je sens une légère pression sur l'anneau serré de mon anus. Je suis investie de partout, ça devient franchement bon... La pointe de mes seins se
durcit, j'écarte de plus en plus les jambes pour faciliter la tâche de mon bourreau. Si vous saviez, Madame Sliman, ce que je m'en fous de votre petit-fils qui doit venir le mois prochain ! Je suis en train de jouir pratiquement sous vos yeux, c'est divin ! Je lutte contre le plaisir qui monte de mes reins, mes ongles s'enfoncent dans le bois de la balustrade. C'est au moment où je décide de me laisser aller que tout s'arrête brutalement : les doigts glissent hors de moi et me laissent inassouvie, en tête à tête avec la commère.

***************************************************************

Je devine sa frustration au son de sa voix. La voisine continue de lui parler. J'extirpe mon sexe de mon jean, relève sa jupe et promène lentement l'extrémité de mon gland dans le sillon de ses fesses. Le slip n'est plus un obstacle: je l'écarte définitivement et lentement, centimètre par centimètre, je m'introduis en elle.

***************************************************************

La voisine me parle toujours, mais là, j'avoue que je décroche. J'ai ce pieu aux dimensions imposantes qui me comble complètement. Madame Sliman s'impatiente, je lui réponds tant bien que mal et me laisse aller en arrière, empalée sur ce sexe qui me perfore. Dieu comme c'est bon ! Deux mains agrippent mes hanches, le pilon entame un mouvement de va-et-vient grisant.

***************************************************************

J'ai du mal à me retenir. Je vois deux petites gouttes de sueur perler sur ses tempes. Je me concentre sur elles, suivant leur progression le long de son visage. Je me retire de son sexe, attiré par d'autres horizons: je remonte lentement vers son anus. Elle a un mouvement de recul en devinant ce qui va se passer. L'anneau cède et me laisse la pénétrer au plus profond de ses entrailles. Le fourreau m'enserre très fort et lorsque je commence à bouger, je sens que je ne vais pas tenir
longtemps.

***************************************************************

Je n'aurais jamais pensé qu'il pourrait me sodomiser comme ça, à la fenêtre ! Je ferme les yeux, tant pis pour Madame Sliman. D'ailleurs elle rentre chez elle, vexée de mon peu d'attention... Je suis très loin d'elle, je glisse une main dans ma...

Lire la suite



Copyright © Confession et Blog Intime - Tous droits réservés.

Partie Membre

Fermeture provisoire de Blog et Confession Intime...

Merci de visiter Confession Intime

http://www.confession-intime.com